Un article publié par Christian et Isabelle ROCHETTE dans LE JOURNAL CATALAN

Christian et Isabelle Rochette, photographes et reporters talentueux de Corsavy, m’ont fait le plaisir de visiter mon atelier… pour y découvrir l’artiste en pleine création…

Ils ont mis tout leur coeur pour décrire en mots et en images ce moment magique d’échange amical dans un article très vivant publié dans LE JOURNAL CATALAN : CréaVerres, sculpture d’âmes en Haut-Vallespir.

Un article a aussi été publié dans l’Indépendant

Merci du fond du coeur à Christian et Isabelle qui m’ont écouté avec une grande attention et beaucoup de gentillesse.

Dans leurs reportage et article, ils ont su retraduire avec exactitude mes pensées, mes états d’âme, mon aspiration profonde…

Et maintenant, partageons !

Sylvie-au-tour

 

 

Publicités

Comment peindre un œuf-salière ou un oeuf-poivrier ?

 

 1 – Prendre une brochette en bois et la tailler en pointe (cette pointe va passer à travers le trou par lequel le sel sera saupoudré)
Entourer ensuite la brochette d’un morceau de scotch pour faire un bourrelet correspondant au diamètre du trou d’alimentation en sel (ou en poivre !)
L’opération peut nécessiter plusieurs essayages et ajustements…
 2 – Pour peindre la base de l’œuf sur la tournette, il est indispensable de le stabiliser sur un pot à yaourt à l’aide de morceaux de scotch repliés, face collante à l’extérieur.

(Suffisait d’y penser ! 😉 )

 

3 – Et voilà comment on s’amuse à barbouiller le cul des oeufs

(sauf vot’ respect !)





4 et 5 – Tout est dans la manipulation de la brochette

(admirez le style ! 🙂 )

6 – Pour passer l’œuf au four, il suffit de concocter un petit échafaudage avec des crochets S aux endroits où il n’y a pas de peinture (et le tour est joué !)
 

7 – Et voilà madame Salière et monsieur Poivrier

(Ah… Ah… Atchoum…! >:o )

 

Joyeux printemps, joyeuses Pâques…

 

Publié dans Aspects techniques. Étiquettes : . Leave a Comment »

Du nouveau dans l’affaire des tournettes !

Après avoir bricolé des tournettes façon McGiver, j’ai opté pour le tour de potier électrique qui permet une rotation plus régulière avec possibilité de régler la vitesse. Quel confort ! Maintenant, c’est un vrai plaisir de peindre des fonds ! Cela demande juste un peu d’entraînement ! (phot.1 et 2)

Photo 1

Photo 2

Ce modèle de tour pour table offre des emplacements très pratiques pour mettre les récipients de peinture… (photo 3)

Photo 3

Comme pour la tournette (cf. l’article « astuces : tracés géométriques sur la tournette »), le centrage des pièces est facilité par la fixation sur la plaque de tournage d’un carton blanc sur lequel sont tracés des cercles concentriques. (photo 4)

Photo 4

Photo 5

Et puis, une astuce que j’ai mis du temps à trouver mais qui convient parfaitement : une plaque souple de silicone transparent ! La surface adhésive évite que l’objet ne se déplace sous l’action de la vitesse de rotation… (photo 5)
On peut en trouver dans les boutiques spécialisées dans le matériel de la maison. Ces plaques sont proposées pour garnir les fonds des plateaux. Cela existe aussi dans le matériel médical. Cette matière reste assez coûteuse. L’avantage, c’est qu’on peut la découper à la dimension désirée et qu’elle se lave facilement : à l’eau lorsque la peinture est encore fraîche ou à l’alcool ménager quand elle a séché.

Publié dans Aspects techniques. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Astuce: le tube en carton

Ce qui est merveilleux dans la création, c’est que cela ne consiste pas uniquement à poser de la couleur…

Il y a tout un aspect recherches d’astuces pour se faciliter la vie qui est parfois très amusant : encore une preuve, cette utilisation d’un tube en carton !

01 – Certains petits vases ont des ouvertures tellement étroites que, lorsque la peinture est fraîche, il devient délicat de les manipuler pour y mettre les billes de verre. Alors, les anges m’ont suggéré de prendre un tube en carton pour seconder les doigts de fée ! 

 

02 – … et puis, regardez comme c’est pratique pour faciliter le séchage au-dessus du radiateur ! Bien sûr, il faut avoir un radiateur qui s’y prête !
Publié dans Aspects techniques. Étiquettes : . Leave a Comment »

Astuce avec la tournette: le filet à l’ancienne (2)

La première partie de cette astuce est ici.

04 – À l’aide de la peinture dorée, je place ensuite les perles sur les repères

(la fixation des perles est consolidée au vernis-colle)

05 – Je relie toutes les perles avec des traits à la peinture dorée

(… et j’ajoute quelques paillettes 😉 !)

06 – Le dessin géométrique sur le pied est aussi mis en place grâce aux tracés de la tournette…



C’est merveilleux tout ce qu’on peut faire !!!

Publié dans Aspects techniques. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Astuce avec la tournette: le filet à l’ancienne (1)

Le but : utilisation des traces de la tournette pour mettre en place un filet d’or sur les verres à l’ancienne.

Voici une utilisation pratique qui fait suite à l’article sur les tracés géométriques sur la tournette.


01 – En centrant le buvant du verre dans le cercle qui correspond à son diamètre, les rayons me permettent de mettre en place des repères horizontaux à distance régulière.
02 – Puis j’utilise un mètre souple pour peindre les repères verticaux.

Je reconnais qu’il faut de l’habileté pour déplacer le mètre…!

03 – Observez l’astuce qui consiste à mettre un élastique sur le pied pour pouvoir faire coulisser à volonté le mètre souple !
Publié dans Aspects techniques. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Reconnecter l’inspiration

Nous sommes tous créateurs dans une infinité de domaines ce qui fait la richesse inouïe de l’expérience humaine sur cette planète.

Si vous êtes en visite sur ce blog, c’est que l’art et particulièrement la peinture sous différentes formes vous attire. Il y a donc de la graine d’artiste qui sommeille en vous !

Comment faire germer et croître cette graine ? Il y a de nombreuses manières d’y arriver…

En autodidacte et voyageuse spirituelle, j’ai utilisé une manière simple mais efficace : peindre à l’acrylique sur une grande plaque de verre pour pouvoir effacer et recommencer encore et encore… comme un mandala de pétales et de sables colorés qui s’efface sous le souffle du vent…

Parce que la première chose que permet cet entraînement, c’est justement de lâcher la peur de l’échec pour se consacrer au ressenti : la forme de la brosse dans la main, la texture de la peinture, la sensation des poils du pinceau qui glissent sur une surface lisse comme un patineur sur la glace, etc… il y a des tas de sensations qui peuvent venir pour peu qu’on y prête attention.

Je dis souvent à mes élèves :

« Soyez comme les enfants de maternelle qui sont totalement absorbés dans leur activité créatrice, sans chercher à atteindre un résultat, sans crainte du pas-beau ou du pas-ressemblant, avec pour seul objectif de s’amuser un maximum à découvrir les couleurs, à les mélanger entre elles jusqu’à obtenir un fabuleux caca d’oie, à y mettre les doigts parce que c’est plus sensuel et qu’on perçoit tellement mieux sans intermédiaire ! »

Peindre doit être d’abord un plaisir physique, une reconnexion consciente avec notre corps ressentant et agissant.

Ensuite, une fois que l’attention est bien là, on y ajoute un sentiment, un souvenir de quelque chose d’agréable, de préférence en relation avec la nature : un instant particulier au cours d’une promenade, une odeur de terre mouillée, une respiration profonde qui nous emplit de bien-être…Se concentrer sur cette impression et en quelques secondes, d’un seul geste d’un pinceau bien imprégné de peinture, la matérialiser sur la plaque, sans revenir dessus…

Il m’arrive même de faire ça les yeux fermés pour être encore plus concentrée. J’ouvre les yeux, je pose le pinceau et je place les mains à quelques centimètres au-dessus du tracé pour essayer de ressentir encore…

On peut commencer avec une seule couleur, puis deux, puis plusieurs…

On peut se raconter son histoire intérieure… en toute liberté…

Joyeuse expérience !

Publié dans Aspects techniques. Étiquettes : . 2 Comments »